Dinosaures : pas d’extinction en vue !

Lundi, 20 nov 2017 @ 1:56 | Nouvelles

Oui, cela fait dix ans que nous écrivons au sujet de B’z, le plus grand groupe du Japon. Et alors qu’il y a dix ans nous nous préparions à célébrer les 20 ans du duo, nous nous préparons aujourd’hui à célébrer les 30 ans d’un groupe inusable avec la sortie du 20ème album : DINOSAUR !

C’est non sans émotion que nous nous remémorons cette année 2007 et l’album ACTION qui fut certainement le dernier chef d’oeuvre, même imparfait, de B’z. Certes, il y eut deux ans plus tard l’excellent MAGIC, mais chaque réécoute d’ACTION nous rappelle combien Matsumoto et Inaba furent inspirés cette année-là.

Car depuis 2009, les fans de B’z n’ont eu que deux albums à se mettre dans les oreilles : C’mon en 2011 et Epic Day en 2015. Si le premier fut particulier du fait de sa sortie un peu précipitée suite à la tragédie du 11 mars, le deuxième peut être considéré comme un album réellement mineur dans la carrière du groupe.

Ainsi, pour les 30 ans de notre groupe fétiche, pour son 20ème album, on espère évidemment un nouveau chef d’oeuvre comme le fut ACTION en 2007 !

Certains porteront peut-être peu d’intérêt aux détails, mais comme à chaque fois nous nous pencherons sur la pochette. Celle d’ACTION était géniale du fait qu’elle condensait toute la puissance de Matsumoto et Inaba en une seule image. Nous nous étions longuement arrêtés sur l’analyse de la pochette de MAGIC, véritable tiroir à mystères. Celle de C’mon avait aussi particulièrement attirés notre attention. Quant à celle d’EPIC DAY, son interprétation était bien difficile.

Ici, autant le titre que la pochette de ce nouvel album ont de quoi nous intéresser.

DINOSAUR ? Ce mot porte plusieurs connotations, autant positives que péjoratives

La première image qu’on a des dinosaures, ce sont des animaux gigantesques et puissants. Un peu comme en 2003, lorsque B’z intitulait son album BIG MACHINE, ce qui était une sorte d’auto-référence. Et sur la pochette, un petit garçon.
En 2017, on évoque les dinosaures, et la pochette nous montre un oeuf.

Car ce qui nous vient en tête lorsqu’on pense aux dinosaures, c’est que ce sont des animaux qui ont vécu il y a fort longtemps et qui ont disparu. Ici, B’z semble manier l’art de l’auto-dérision, ce qui fait franchement plaisir : « Cela fait 30 ans que nous sommes là, tels des dinosaures ! » Mais en même temps, c’est un oeuf, symbole de naissance, ou de renaissance, que le groupe nous expose. Forever young comme dirait Bob Dylan et comme le disait B’z dans son album GREEN de 2002.

Matsumoto et Inaba sont des dinosaures nés en 1988, une époque révolue et dont il ne reste quasiment plus aucun groupe en activité aujourd’hui. Et en 2017 ils sont prêts à renaître en cassant leur coquille, prêts à affronter les 30 prochaines années avec l’énergie qui les caractérise si bien, une énergie de géants.

Qui vivra verra !

Les deux titres (et demie) déjà connus, STILL ALIVE et Seimei, actuels double single, sont très convaincants, sans être forcément ce que B’z a fait de meilleur. Cependant, on peut espérer que le meilleur se trouvera au sein de ce vingtième album qui doit sortir le 29 novembre.

Quant au titre éponyme, DINOSAUR, il est excellent, léché, travaillé, recherché. D’ailleurs, on se plaît à enfin être autorisés à regarder un clip entier de B’z, le premier depuis C’mon en 2011 ! Ces groupes japonais qui ne laissent sur Youtube que des extraits d’une minute de leurs clips semblent vivre en dehors de leur temps. Une anomalie espérons-le révolue pour B’z, même si l’on peut en douter.

Si vous êtes toujours là et que vous ne vous êtes pas éteints, venez partager votre point de vue sur ce nouvel opus b’zien. Même si nous sommes devenus plus rares, nous ne sommes pas éteints non plus.

A très bientôt !

 

Laisser une réponse.

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>