Archives pour mar 2013

 

To B’z or not to B’z. That is the question!

31 mar 2013 in Nouvelles

 

B’zer ou ne pas b’zer, telle est la question, en bon français dans le texte.

Tandis que le 3ème DVD concert ELEVEN de 2001 est sorti ce 27 mars, anniversaire de Matsumoto au passage, le groupe a donc annoncé la suite des festivités. Et ceux qui nous lisent savent à quel point nous attendions cette suite et combien nous nous posions de questions.

Alors, avant de dire que nous sommes peut-être déçus, on va tout de suite penser aux plus jeunes qui découvrent B’z aujourd’hi. Je pense tout personnellement à ces quatre garçons de 15 ans auxquels j’ai fait découvrir B’z encore cette semaine, et lesquels, coup de chance ou non, ont accroché. A ces jeunes-là, ce que B’z propose cette année, je le conseille et le recommande. En effet, si vous ne connaissez pas encore B’z ou seulement partiellement alors jetez-vous sur les deux compilations à sortir le 12 juin :

B’z The Best XXV 1988-1998  &  B’z The Best XXV 1999-2012

Chaque album comportera 28 titres : soit 25 singles - dont un double face A, donc 26 morceaux - et deux titres inédits.

B’z The Best XXV 1988-1998

01. Dakara Sono Te wo Hanashite
02. Kimi no Naka de Odoritaï
03. LADY-GO-ROUND
04. BE THERE
05. Taïyou no Komachi Angel
06. Easy Come, Easy Go!
07. Itoshii Hito yo Good Night…
08. LADY NAVIGATION
09. ALONE
10. BLOWIN’
11.  ZERO
12. Aï no Mama ni Wagamama ni Boku wa Kimi Dake wo Kizutsukenaï
13. Hadashi no Megami
14. Don’t Leave Me
15. MOTEL
16. Negaï
17. love me, I love you
18. LOVE PHANTOM
19. Mienaï Chikara ~INVISIBLE ONE~
20. MOVE
21. Real Thing Shakes
22. FIREBALL
23. Calling
24. Liar! Liar!
25. Samayoeru Aoï Dangan
26. HOME
Titres inédits
27. HEAT
28. Kakushin


B’z The Best XXV 1999-2012

01. girigiri chop
02. Konya Tsuki no Mieru Oka ni
03. May
04. juice
05. RING
06. ultra soul
07. GOLD
08. Atsuki Kodou no Hate
09. IT’S SHOWTIME!!
10. Yaseï no ENERGY
11. BANZAI
12. ARIGATO
13. Aï no Bakudan
14. OCEAN
15. Shôdô
16. Yuruginaï Mono Hitotsu
17. SPLASH!
18. Eïen no Tsubasa
19. SUPER LOVE SONG
20. BURN -Fumetsu no Face-
21. Ichibu to Zenbu
22. DIVE
23. MY LONELY TOWN
24. Sayonara Kizu Darake no Hibi yo
25. Don’t Wanna Lie
26. GO FOR IT, BABY -Kioku no Sanmyaku-
Titres inédits
27. Q&A
28. Utopia

Evidemment, ces deux compilations représentent une certaine somme, et on sera tenté de faire un choix. Mais lequel ?! Comment choisir entre deux montagnes de singles incontournables ? A vrai dire, la période 1988-1998 comporte certainement le plus d’incontournables. Cependant, la période 1999-2012 représente logiquement mieux le B’z d’aujourd’hui.
En effet, le premier single de 1988 est très éloigné de ce que B’z peut produire aujourd’hui…

La suite des festivités ou les réponses à nos questions ?

Quelles étaient-elles ? Ah oui : B’z va-t-il continuer ou mettre entre parenthèses sa carrière internationale démarrée en 2012 ? Toute nouvelle sortie va-t-elle donc faire l’objet d’une distribution officielle à l’international via iTunes ?

Force est de constater que nous n’avons aucune réponse pour l’instant. Pour la bonne et simple raison que ces deux compilations ne sont en réalité qu’une collection exhaustive des 50 singles et 52 faces A sortis entre 1988 et 2012. On pourrait rétorquer qu’il n’y a pas de raison. Justement, si B’z veut se faire connaître à l’international, quoi de mieux pour faire découvrir son historique au travers de ses singles ?

Bien sûr, on se doute que la carrière internationale est mise entre parenthèses, mais pour en être définitivement certain, on devra attendre la prochaine nouveauté, à savoir le single n°51 et l’album n°19 !

Etre fan ou ne pas l’être, telle est la question !

Alors ? Que penser de cette nouvelle compilation ? En premier lieu, on dira que le titre est trompeur. Non, il ne peut s’agir d’un best-of. Un best-of par définition devrait réunir ce qui est considéré comme le meilleur d’un groupe. Or, il s’agit ici d’une compilation complète de tous les singles. Les albums auraient dû donc s’intituler « The Complete Singles » ou quelque chose dans le genre. D’autant que B’z nous a habitués aux noms utilisant le terme « best » avec un peu plus de subtilité. On pense évidemment aux cultissimes « The Best Pleasure » et « The Best Treasure » de 1998.

Ensuite, on regrettera qu’à nouveau le groupe nous « offre » deux chansons inédites sur chaque disque, histoire d’en justifier l’achat auprès des sceptiques, d’exciter les fans les plus acharnés, de présenter le tout comme deux « super singles » et bien entendu de « forcer » l’achat des deux quand on ne voudrait en prendre qu’un. Car au final il s’agit bien de quatre nouveaux titres, mine de rien.

D’ailleurs, si le groupe nous avait déjà fait le coup en 2008 pour ses 20 ans, les titres à l’époque avaient quelque chose de commémoratif et de plus marqué dans le temps : GLORY DAYS (qui s’était avérée un peu lourde) et Itsuka mata kokode (qui était très réussie en revanche) étaient des clins d’oeil respectifs à la carrière du groupe et à la fidélité des fans.

Aujourd’hui, rien de tout ça, et au contraire, B’z nos sort des titres qui ont tout de titres de singles : HEAT, Kakushin (le fond de la question), Q&A, Utopia. A part HEAT, on retrouve le côté intellectuel d’Inaba qui s’exprime fortement.

Reste donc HEAT qui n’est en réalité pas tout à fait une inédite. Single produit à l’origine par B’z pour la starlette sud-coréenne Kim Hyun-joong, on peut déplorer que ce titre sans âme fût d’une nullité grotesque. L’interview de Matsumoto et d’Inaba dans leur propre magazine Be With! avait laissé comprendre qu’ils n’avaient eu quasiment aucun contact avec le chanteur et son staff, que tout avait été réglé de manière froide et commerciale. On comprend aisément qu’aucun des deux hommes n’ait eu envie dans ces conditions de sortir un titre inoubliable, lequel de toute façon n’aurait pu être défendu par un Kim Hyun-joong à la voix inexistante.

On sait que HEAT n’a pourtant pas été abandonnée par nos deux compères, comme s’ils n’avaient pas voulu que cette chanson porte le nom de « unique mauvaise chanson de B’z ». En effet, le groupe a eu l’occasion de jouer HEAT durant l’été 2012. Ce n’est donc qu’une demi-suprise de la retrouver parmi les quatre inédites. Car on peut, et on DOIT espérer qu’il s’agisse bien d’une inédite, c’est-à-dire d’une version tellement éloignée de l’originale qu’elle en sera devenue une bonne chanson !

On n’oubliera pas l’argument majeur qui fera acquérir ces compilations malgré tout : la collection complète des clips correspondant à chaque single. 52 clips (plus quatre potentiellement inédits), évidemment ça laisse quelque peu rêveur.
Pour le coup, le groupe a refondu sa chaîne Youtube et son merveilleux staff n’a pas pu s’empêcher de commettre l’idiotie d’effacer tous les derniers clips officiels.
Adieu donc GO FOR IT, BABY, Don’t Wanna Lie, Sayonara Kizudakare no Hibiyo ! Mais surtout, chose aberrante : adieu C’mon !!
Que les trois titres cités ci-dessus aient été effacés pour des raisons de « concurrence » commerciale avec les compilations, passe encore, mais à quoi bon supprimer de Youtube la vidéo de C’mon ? Elle n’était pas un single et ne se retrouve pas sur les compilations ! Et en plus de ça c’était la vidéo la plus vue de B’z sur Youtube…
Mais il est impossible de lutter contre l’esprit obtus des managements japonais, certains de leurs méthodes et convaincus que l’extérieur du Japon est dangereux.

Pour résumer

Pour résumer, ces deux compilations ne sont pas ce que nous attendions, même si nous nous doutions qu’elles pourraient voir le jour. Elles représentent un véritable intérêt pour les collectionneurs, notamment de clips rares (et ce même si B’z a fait bien plus que 52 clips) et un intérêt peut-être encore plus grand pour les novices.
Pour les fans qui se sentent mal à l’aise à l’idée de tout acheter aveuglément, et dont je fais partie, ces disques sont largement dispensables. Malgré les quatre inédites, il faut savoir dire non parfois.

Enfin, ce que nous attendons est encore devant nous. Les deux compilations sortent le 12 juin, B’z va lancer une tournée estivale dénommée Endless Summer. Peut-on encore espérer un 51ème single et surtout un nouvel album ? Car, en plus de savoir quelle direction B’z va prendre sur le plan artistique, c’est la réponse définitive à nos questions qui se trouve là !

Kakushin to Q&A !!

B’z à Paris ? Utopia !