Archives pour juil 2012

 

Lancement de l'album B'z dans 63 pays [+ un jeu]

25 juil 2012 in Nouvelles

bz-dans-63-pays.PNG

C’est le moment de foncer !! L’album « B’z » est lancé simultanément dans 63 pays ce mercredi 25 juillet !!

http://bz-vermillion.com/bz/

Disponible tout d’abord au Japon, il sera petit à petit disponible au fur et à mesure qu’on sera mercredi dans les 63 pays. Ainsi, B’z sera normalement disponible en France et en Europe encore quelques heures avant le Canada et les Etats-Unis.

bz-dans-63-pays-2.PNG

Sur la page officielle donnée ci-dessus, vous aurez la possibilité, en plus d’accéder aux différents liens iTunes de vos pays, de participer à un jeu donnant droit au téléchargement d’un fond d’écran B’z. Cependant, les règles ne sont expliquées qu’en japonais ! C’est un peu dommage pour une sortie internationale… Quoi qu’il en soit, nous sommes là !

Allez voir tout en bas de la page. Vous trouverez un tableau avec les titres des 5 chansons du nouvel album. Dans chaque case correspondante, il faudra indiquer la première lettre du premier mot de chaque chanson. Nous rappelons que les cinq chansons sont en anglais. Mais pour l’heure, mis à part Into Free -Dangan-, nous ne connaissons pas encore les quatre autres. N’hésitez pas à donner les réponses dans les commentaires !

Il vous suffira ensuite d’appuyer sur le bouton orange.

bz-le-jeu.PNG

Il est intéressant de lire sur la page iTunes le nom de « B’z EP » dont nous avons parlé dans notre précédent article, ainsi que de lire les tweets officiels rappeler qu’il s’agit du tout premier album international du groupe. Alors que nous avons bien montré qu’il s’agit en fait du deuxième ! Mais peu importe. Aujourd’hui est un jour de fête.

Alors, téléchargeons cet album « B’z », et espérons qu’il soit le début d’une longue carrière internationale pour le plus grand groupe du Japon ! Et n’hésitez pas à écrire des commentaires sur la page iTunes (et à leur dire que B’z a été formé en 88 et non en 87…) !

"B'z EP" ou le tout premier album digital de B'z

24 juil 2012 in réflexion

bz-ep-2007-image-eazygoz.png

A l’occasion de la sortie mercredi 25 du premier album international et digital de B’z, nous nous sommes rappelés cette autre sortie datant de 2007 : B’z ou « B’z EP »

Ce mini-album avait à l’époque comme le tout premier disque japonais disponible sur iTunes US (et dans un certain nombre de pays européens). Alors que je faisais une recherche je me suis rendu compte qu’il avait été effacé d’iTunes mais j’ignore depuis quand. Cela fait de ce premier disque digital une rareté.

Mais surtout, ce B’z EP est bel et bien le vrai premier disque de B’z à connaître une sortie internationale, du moins hors Asie.

En effet, il faut remonter à 2002 et à la coupe du monde de football nippo-coréenne pour trouver un premier disque non japonais de B’z : DEVIL

bz-devil-2002.jpg

La chanson titre, DEVIL, était une reprise en anglais de Tokyo Devil de l’album ELEVEN (2001). On retrouvait cette chanson sur l’album officiel de la coupe du monde. Mais attention ! Il y a eu deux albums officiels ! Le premier pour le monde entier, le deuxième pour l’Asie. On constate qu’encore en 2002 le monde était clairement délimité entre la variété occidentale ultra majoritairement anglophone et les autres. Vous trouverez le détail de ces deux albums ci-dessous :

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Official_Album_of_the_2002_FIFA_World_Cup

S’il est intéressant de constater que l’album asiatique est composé d’une partie japonaise et d’une partie coréenne, on se demande pourquoi l’album international ne comporte aucun titre de groupes japonais et coréen… Comme si on avait considéré à l’époque qu’il était impensable que le reste du monde puisse écouter des artistes asiatiques. « La musique asiatique ? Mais mon bon monsieur il n’y a que les Asiatiques pour pouvoir en écouter ! »

Aucun problème pour entendre le Français Pascal Obispo chanter en anglais. Aucun problème pour entendre les Allemands Die Toten Hosen chanter en anglais. En revanche, écouter B’z chanter son DEVIL en anglais, ah non, là , problème.

Quoi qu’il en soit, voici la liste des titres que contient ce fameux DEVIL, vendu exclusivement en Corée du sud et qui représente là aussi une rareté pour collectionneur averti :

DEVIL (que l’on retrouve sur ULTRA Treasure de 2008)
Real Thing Shakes (chanson initialement en anglais)
Bad Communication E.Style
SLAVE TO THE NIGHT (chanson initialement en anglais)
LADY NAVIGATION (version en anglais)

La coupe du monde 2002 avait été présentée comme un acte de réconciliation entre la Corée du sud et le Japon. C’était peut-être une occasion pour B’z de se faire connaître chez ce pays si proche. Au final, je ne sais pas quel a été le résultat pour les artistes japonais, mais comme on le sait, les artistes coréens connaissent un succès retentissant au Japon depuis dix ans. Au point que B’z en est même venu à produire très récemment un single pour une star de la péninsule, un certain Kim Hyun Joong.

Mais revenons à notre sujet du jour.

Ce B’z EP, ou simplement B’z, sorti en 2007, semble avoir suivi une stratégie similaire à ce que B’z fait en 2012.

En effet, il faut rappeler qu’encore avant ce mini album, c’est FRICTION qui était disponible sur iTunes en tant que single. A ce moment-là , on pouvait entendre cette chanson dans les jeux Burnout Dominator et Burnout Paradise disponibles mondialement. Ce n’est que peu après qu’est apparu ce premier mini album sur lequel ne figurait d’ailleurs pas FRICTION. Ce titre, on le retrouverait plus tard en face B du single SUPER LOVE SONG.

bz-ep-2007.png

Voici donc la liste des titres de B’z EP de 2007 :

Aï no Bakudan (version légèrement remixée)
Home (version en anglais disponible sur ULTRA Treasure)
Dangan (nouvelle version de Samayoeru aoï Dangan, toujours en japonais)
Ultra Soul (nouvelle version d’ultra soul)
Brighter Day (version légèrement remixée de ce titre initialement en anglais)

On constate donc les points communs en 2007 et 2012 : lancement d’une chanson dans un jeu vidéo vendu mondialement, ensuite cette chanson devient un single sur iTunes, puis on sort un mini album 5 titres toujours sur iTunes.

La différence entre 2007 et 2012.

En 2007, B’z avait lancé cette opération sans crier gare et de manière même assez discrète. FRICTION n’était qu’une chanson parmi tant d’autres dans les jeux Burnout tandis que Into Free -Dangan- (référence au titre Dangan de 2007) est le thème principal d’un jeu de rôle qui était extrêmement attendu, Dragon’s Dogma. là où l’on pouvait passer à côté de FRICTION, il est impossible de ne pas entendre Into Free -Dangan- qui est la chanson de démarrage du jeu.

De plus, une promotion conjointe a été faite par B’z et Capcom, même si elle s’est essentiellement limitée au Japon. Il n’empêche que les vidéos promotionnelles du jeu et de la chanson ont été vues dans le monde entier.

bz-into-free-dangan.PNG

Ensuite, B’z assume cette fois entièrement sa volonté de se lancer à l’international. « B’z » iTunes est parfaitement reconnu comme un album à part entière dans la carrière du groupe, ce qui n’avait pas été le cas de « B’z EP », sorte d’à côté à l’époque. D’ailleurs, ce mini-album semble avoir une plus grande cohérence entre ses titres, en incluant le single utilisé comme chanson de fin d’album. Mais il existe des liens évidents entre les deux mini-albums digitaux : les connaisseurs d’Aï no Bakudan trouveront vite leurs marques avec Love Bomb tandis qu’ils reconnaîtront Ultra Soul et qu’ils ont déjà reconnu Dangan. Love Bomb sert aussi à une publicité Pepsi au Japon et est revendiquée comme une quasi nouveauté par le groupe.

Donc oui, « B’z » 2012 s’apparente à un relancement de « B’z EP » 2007 avec ses trois titres en commun. Mais la différence majeure tient au fait que ce mini album digital international est à la base de la tournée nord américaine de septembre et octobre 2012, tournée qui porte le nom du single ! B’z LIVE-GYM Into Free ! Et cet album a le soutien de la tournée précédente de 2011 et du concert avec LINKIN PARK. En 2007, il n’y avait eu aucun concert, B’z n’était pas sur Facebook et Twitter venait tout juste de naître. En 2007, il y avait tout de même eu l’immortalisation du groupe à Hollywood quand B’z no Bise venait de naître, mais même cet événement était passé quelque peu inaperçu.

Un changement notable tout de même, en 2012 B’z fait du 100% anglais quand en 2007 il subsistait du japonais. On le regrettera un peu, en espérant que le japonais revienne vite par la suite.

bz-itunes-2007.jpg

En conclusion

En 2007, B’z n’était pas prêt, encore trop hésitant, trop prudent. Le plus grand groupe du Japon semblait ne pas croire en ses capacités de succès en Occident. Il y avait bien eu pourtant les tournées américaines de 2002 et 2003, mais le public était essentiellement japonais ou d’origine asiatique. Au fond, B’z souffrait de cette vision du monde symptomatique que l’on observe sur les deux albums officiels de la coupe du monde 2002 : aux Occidentaux le monde entier, aux Asiatiques l’Asie. B’z était peut-être roi du Japon mais ne pouvait s’imaginer une seconde conquérir un quelconque territoire extérieur.

En 2012, la stratégie est similaire mais la volonté de réussir est bien plus forte, même si l’ensemble demeure prudent. Entre-temps, des groupes comme L’Arc-En-Ciel sont venus triompher à Paris, Utada Hikaru à Londres et X-Japan, groupe semi-mort, s’amuse à faire des tournées mondiales sans aucune nouveauté tandis que la k-pop, après avoir conquis le Japon, se lance à l’assaut du monde. B’z se devait certainement de réagir.
Autre fait marquant : le 11 mars 2011, l’aide et la compassion internationales semblent avoir profondément touché Matsumoto et surtout Inaba. Cette tentative d’internationalisation de B’z semble donc répondre à une volonté de rencontrer ces gens qui, dans le monde, aiment tant le Japon.

Le tour du monde de B'z en 5 titres

17 juil 2012 in Nouvelles, réflexion

affiches-promotionnelles-bz-usa.jpg

Vous n’aurez pas manqué LA nouvelle que nous attendions tous depuis des mois. Nous allons tenter de la décortiquer.

Mais rappelons-la rapidement : B’z sort donc un album intitulé B’z le 25 juillet dans 63 pays via i-tunes, de la même manière que lors du lancement de Into Free -Dangan-

bz-nouvel-album-bz.PNG

L’album qui s’apparente plutôt à un mini-album comprendra donc 5 chansons, toutes des reprises en anglais de titres bien connus :

1- Love Bomb / Reprise de Aï no Bakudan (2005)

2- Splash / Reprise de SPLASH! (2006)

3- Juice / Reprise de juice (2000)

4- Ultra Soul / Reprise de ultra soul (2001)

5- Into Free -Dangan- / Reprise de Samayoeru aoï Dangan (1998) et de Dangan (version i-tunes)

A cela, il faut ajouter que Love Bomb sert donc à la nouvelle publicité Pepsi dont Matsumoto et Inaba « sont les héros » :

http://www.youtube.com/watch?v=e9ueG4jl3fg&list=UUpEEcJhBig2GqUFxcXjqiLg&index=0&feature=plcp

bz-international-2.PNG

Alors, sommes-nous contents ?

Oui, bien sûr. B’z semble avoir enfin décidé de sortir du Japon. L’idée d’utiliser un jeu vidéo très attendu tel que Dragon’s Dogma était bonne. Nombreux sont les joueurs ayant découvert le groupe grâce au menu du jeu (pour l’anecdote, certains croient que le groupe s’appelle Dangan…). La tournée de septembre aux Etats-Unis et au Canada est la plus importante de toutes jusqu’à présent. Elle sera un test qui permettra au duo de voir si la stratégie Dragon’s Dogma a été payante.

Sommes-nous satisfaits ?

B’z a décidé de sortir du Japon, mais la démarche reste encore prudente. Surtout, le groupe ou plutôt son management semblent ne pas avoir pris la mesure de notre existence, du fait qu’il y avait déjà de nombreux fans internationaux, certes dispersés, mais nombreux tout de même. Ils agissent comme si B’z était absolument inconnu et n’osent pas lancer de nouveauté. Car en effet, s’il y avait bien un titre que nous attendions sur ce premier album international, c’était GO FOR IT, BABY -kioku no sanmyaku- (même en version anglaise).

go-for-it-baby-kioku-no-sanmyaku-bz.jpg

Or, B’z semble se lancer dans une carrière parallèle s’agissant de l’international, se contentant de recycler des valeurs sûres (voire ultra sûres) telles qu’ultra soul ou juice. Pas de ballade, pas de risque. Les Japonais bénéficieront tout de même de la fausse nouveauté qu’est Love Bomb au travers d’une publicité Pepsi (et peut-être d’un clip à venir ?), mais les néophytes internationaux ne découvriront pas B’z par une nouveauté qui aurait réjoui tout le monde.
D’autant plus que les titres proposés sont exactement ceux joués l’année dernière lors de la tournée nord-américaine (et pour le coup on regrettera un peu l’absence de Brotherhood). Seules les versions anglaises d’Aï no Bakudan et de Dangan apparaissent comme des petites nouveautés.

Evidemment, nous comprenons le choix du serveur i-tunes. Il ne coûte rien aux artistes en terme de fabrication et peut rapporter gros. En outre, i-tunes permet de façon légale d’être disponible dans le monde entier au même moment. Cependant, nous regrettons, nous les fans quelque peu collectionneurs, de ne toujours pas pouvoir mettre la main sur un album de B’z sorti officiellement en Europe ou en Amérique du nord. (on se consolera avec Matsumoto…)

bz-love-bomb-pepsi.PNG

Quel avenir pour la carrière internationale de B’z ?

B’z avait dit en janvier : « 2012, into the beginning ». Nous avions donc vu juste en pensant qu’il s’agissait du lancement de la carrière internationale du groupe. D’ailleurs, l’album sobrement intitulé B’z rappelle le premier album de 1988 dont le nom était tout aussi simple. Inutile de compliquer les choses quand on veut se faire connaître.

Mais après ? Matsumoto et Inaba vont-ils en rester là ? Ou vont-ils tenter d’aller plus loin dans la démarche ? Les résultats des téléchargements sur i-tune ainsi que le succès de la tournée nord-américaine seront décisifs. Mais la question demeure : les deux hommes continueront-ils deux carrières distinctes ou feront-ils le lien entre le B’z international et le « vrai » B’z ?

Peut-on envisager que B’z ne sorte que des reprises en anglais de ses anciens tubes ? Cela paraît peu probable, surtout de la part d’un groupe aussi prolifique et créatif. Nous sommes donc en droit d’imaginer que B’z fasse à un moment donné le lien entre sa carrière internationale et sa carrière originale.

bz-international.PNG

Les débuts internationaux auxquels nous assistons sont donc prudents. Il s’agit pour le plus gros groupe du Japon de ne pas se planter là où d’autres on raté les marches. Certains artistes japonais ont en effet tenter de gravir l’Everest de la notoriété en Occident, sans succès. B’z ne lance donc aucun défi du genre : « On lance avec fracas un album qui va atteindre la 1ère place des charts occidentaux ! »
Non, B’z avance doucement mais sûrement, sans quasiment aucune publicité, uniquement par le bouche-à-oreille et internet. Ce qui sera intéressant, ce sera la deuxième phase, si jamais il y en a une. là , peut-être aurons-nous droit à quelque chose de plus tangible. Ils pensent que nous ne les connaissons pas encore, ensuite peut-être ils nous prendront pour de vrais auditeurs potentiels et nous ferons partager en même temps qu’aux Japonais leurs nouveautés.

bz-love-bomb-pepsi-2.PNG

Pouvons-nous espérer des sorties officielles en Occident ? Difficile à dire, surtout à une époque où les disques physiques ne se vendent presque plus (et c’est bien triste). Mais cela ne semble tout de même pas impossible.

Ecoutons donc ce premier (mini-) album international certainement réussi, faisons-le partager et attendons de voir quel tournant B’z va prendre dans les temps prochains. Rêvons d’avoir un jour entre les mains une version internationale du 19ème album de B’z !

bz-international-3.PNG

HEAT ou le 51ème single caché de B'z ?

01 juil 2012 in Nouvelles

uicv-9021.jpguicv-9022.jpguicv-5016.jpguicv-9023.jpguicv-9024.jpg

Alors que l’album solo de Tak Matsumoto, Strings of My Soul, est tout juste sorti le 20 juin, c’est le single HEAT et ses 5 versions du chanteur sud-coréen Kim Hyun Joong qui s’apprête à sortir ce mercredi 4 juillet afin de lancer la carrière japonaise de l’idole.

Pour ce faire, c’est B’z qui s’est mis aux manettes de la production de la face A, ce qui représente jusqu’à présent une première dans l’histoire du groupe. Matsumoto s’est donc chargé de la composition et Inaba du texte, le premier apparaissant sur le morceau évidemment à la guitarre et le deuxième dans les choeurs, derrière Kim.

Si Pierrot chanté par Aya Kamiki en 2006 était bel et bien à un morceau de B’z (et quel morceau !), il est bien difficile de se faire une idée avec HEAT dont voici le clip officiel :

http://www.youtube.com/watch?v=cBoloZWXPKc&feature=related

Les 4 minutes nous laissent un arrière goût de déjà vu ou déjà entendu, en bref d’un pur produit marketting j-pop/k-pop. Aux alentours de la deuxième minute il nous semble bien retrouver une ligne b’zienne. Par la suite on reconnaît clairement la guitare de Matsumoto mais c’est bien maigre, d’autant qu’Inaba semble aussi bien lointain.

Il faudra réécouter le morceau pour se faire une idée plus claire et notamment en imaginant Inaba au chant, à la place de ce fade Kim Hyun Joong, bellâtre interchangeable comme la péninsule coréenne en produit à la chaîne depuis des années. Car il faut le dire, Koshi Inaba a toujours été le plus de B’z, la corde vocale qui a permis à Matsumoto d’atteindre les sommets. Personne au Japon ne chante comme Inaba. En plus de ça, il est beau. Inaba, c’est votre prof de maths qui claque la porte du lycée et qui devient une super star à 25 ans.

Kim Hyun Joong, c’est l’inverse : un produit préfabriqué sorti d’une usine à boys bands, sans voix ni talent individuel. Seul son visage conforme aux normes contemporaines de beauté lui assure une gloire sans gloire. Chez lui, comme chez toutes les idoles adolescentes, l’apparence compte avant le talent, car être beau se saurait être un talent. là où chez Inaba la beauté était un plus venant après le talent de chanteur, chez Kim la beauté est son seul argument, lequel ne soutient aucun talent de chanteur. Sa voix sur le titre HEAT est triste à entendre, tant on croirait entendre une voix de synthèse.

Durant quelque temps, dans l’espoir de l’annonce d’un album international, on aurait pu imaginer que HEAT soit une chanson de ce même album, une sorte de 51ème single non officiel de B’z. Nous ne le souhaitons plus.

Ce single est donc une grosse déception, même si nous n’attendions pas de miracle. Dommage que Matsumoto (avec Inaba) se soit conformé à un genre prémâché et sans intérêt, sans aucune prise de risque, sans tenter de le transcender. Personnellement, je retourne écouter avec joie le titre Live Life sur Strings of My Soul, certes chanté par un Américain inconnu, mais bien plus fort et pertinent.

Espérons surtout qu’Inaba ne disparaisse pas peu à peu au profit de chanteurs inconnus (aussi bons soient-ils) et de tocards pop (coréens comme autres).

Alors désormais, une fois le 4 juillet passé, nous allons attendre fébrilement la prochaine annonce du groupe. Car entre début juillet et le début de la tournée américaine, il y a deux bons mois durant lesquels tout est encore possible.

Et pour se faire plaisir, réécoutons Pierrot chanté par Aya Kamiki, preuve que B’z sait produire de super titres chantés par de très bons interprètes.

http://www.youtube.com/watch?v=8b7pBHexReQ

Et on enfoce le clou avec une version concert par les maîtres eux-mêmes :

http://www.youtube.com/watch?v=mdisUzIY82o&feature=related

Restons connectés après le 4 juillet !