Archives pour oct 2011

 

Menteur ! Menteur !

31 oct 2011 in Nouvelles, réflexion

linkin-park-et-bz-au-mayan-theater.jpg

Baby do you want the truth? Baby do you want it?

C’est sur ces mots en anglais que finissait l’une des meilleures chansons de B’z, toutes époques confondues, à savoir Liar! Liar! Paru il y a un peu plus de quatorze ans, le 8 octobre 1997, le 23ème single du duo devait un mois plus tard se retrouver sur le génialissime album SURVIVE.

Cette chanson hard rock, en plus d’être sans concession sur le plan musical, tranchait par ses propos acides que nous donnons à redécouvrir ci-dessous :

Liar! Liar!

Ton visage dit que tu as le coeur à chanter
En chemise jaune et traversant la rue avec ton mari que tu tiens intimement par le bras

Vais-je t’écraser en accélérant à fond ?
Ce grand embouteillage n’est pas la cause de ce terrible mal de tête
Je m’interroge à ton sujet avec tant d’obstination, je vais finir par me sentir misérable

Vous, menteurs, menteurs Je ne peux plus vous croire
Ô que le paradis des adultes est acide
Ce n’est pas une question d’aimer ou de détester
Seul, celui qui est faible se laisse tomber

Mon professeur a un entretien avec maman, le gouvernement avec les petits hommes verts et la police avec de mauvaises gens
Ainsi ils règlent leurs problèmes confidentiellement, c’est un sombre marécage

Si je suis devenu incrédule
Ce n’est pas à cause des hebdomadaires mais à cause de toi
Mais savoir la vérité n’est pas tout

Oh, menteurs, menteurs Je ne peux plus vous croire
Ô que le paradis des adultes est acide
Ce n’est pas une question de bien ou de mal
Tels sont les problèmes que la terre porte en tournant

Notre place à nous ! Cet espace abrupt !
Allons, tenons-nous prêts

Vous, menteurs, menteurs Je ne peux plus vous croire
Ô que le paradis des adultes est acide
Laisse-moi croire à toute cette comédie
Persuade-moi qu’il n’y a pas de mensonge

Oh, menteurs, menteurs Le monde entier ment
Si mon amoureuse est heureuse c’est parfait

Ma chérie, est-ce que tu veux la vérité ?
Ma chérie, est-ce que tu veux la vérité ?

liar-liar.jpg

Sans prétendre être un pamphlet contre la société, Liar! Liar! offrait une réelle charge contre le monde des adultes, monde perverti par le mensonge et la corruption. Inaba adoptait un point de vue qu’il affectionne, celui de l’enfant, donc de l’innocence, qui pointe du doigt les travers d’un monde où la vérité n’est pas la règle.

Comme souvent, il exprime une certaine rage vis- -vis de sa bien-aimée, comme si la relation amoureuse ne pouvait s’envisager que sous l’angle amour-haine. Connaissez-vous beaucoup de textes dans lesquels le chanteur dit à sa copine qu’il « rêve de l’écraser en accélérant à fond » ? Les relations entre adultes sont donc faussées. Les gens ne sont pas ensemble pour les bonnes raisons. Les parents et les enseignants en prennent aussi pour leur grade, eux qui se réunissent, sûrement pour dire du mal de l’enfant-élève. (même si de nos jours les enseignants japonais sont en grande souffrance, devenus de vrais boucs-émissaires de la société) Le personnage de l’enseignant n’est pas si rare chez Inaba, autrefois prof de math avant d’embrasser une carrière de chanteur.

La police ? Elle pactise avec de mauvaises gens, comprenez les yakusas. Personnages mythiques de cinéma, il n’en reste pas moins qu’ils sont de vrais voyous (code d’honneur ou non), gangraine de la société car à la source de la corruption. Quant à la politique, au gouvernement, lequel apparaît exceptionnellement dans une chanson de B’z, il fait des affaires avec les extraterrestres. En 1997, la série X-Files était au summum de son succès (et LOVE PHANTOM servait de générique de fin au Japon), les idées de théorie du complot, de gouvernements en lien avec des forces mystérieuses venues du fin fond de l’univers, commenaient à fleurir. Inaba s’en amuse et offre une lecture multiple. Est-ce l’enfant ou l’adulte enfant qui ne connaît rien à la politique qui s’exprime, sans faire de distinction entre les hommes politiques de séries et les hommes politiques réels ? Est-ce de la pure ironie, tant la politique japonaise (et ce jusqu’à nos jours) semble passer au second plan des préoccupations du pays ?

Quoi qu’il en soit, je ne sais pas précisément pourquoi B’z a écrit cette chanson en 1997, si elle se rapporte à un contexte particulier de cette époque. Cependant, quatorze plus tard, B’z revenait au thème du mensonge avec Don’t Wanna Lie. Cette fois, ce n’était plus une accusation portée par un enfant, mais le voeu d’un adulte de ne pas mentir, sachant que ne pas mentir est chose quasi impossible dans le monde des hommes.

Don’t Wanna Lie

Toute personne conserve des choses qu’elle ne désire pas partager
Dans le but de les protéger jusqu’au bout. C’est notre instinct de nous battre pour ces choses

Pour ma part, cela fait combien d’années que je te déois sans cesse ?

Je ne veux pas mentir, je ne veux pas mentir Je veux me sentir vivre
Je veux essayer, je veux essayer Essayer en fouettant mon coeur pour l’encourager
Demain sera changé par un instant, c’est peut-être maintenant

Sans avoir décidé ce que je voudrais sacrifier
Combien de sagesse et de courage se trouvent en moi ?

Les choses qu’il faut que je te dise, je les ai oubliées

Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir Je ne vais pas faire cette chose folle
Je veux essayer, je veux essayer, comme par exemple hurler OUI !
J’ouvrirai la porte à un moment, cela pourrait être maintenant

Ce n’est pas le monde qui est compliqué, c’est tout ce qui se trouve dans ma tête

Les choses, tu ne les apprécies que lorsque tu les perds, c’est ce qui les rends si précieuses
L’instant silencieux passe à un rythme inconnu

Je ne veux pas mentir, je ne veux pas mentir Je veux me sentir vivre
Je veux essayer, je veux essayer, je veux avancer à tes côtés
L’instant pour décider de ma vie, cela pourrait être maintenant

bz-dont-wanna-lie.jpg

Dès le début de la chanson, Inaba évoque les secrets que chaque individu veut garder pour soi. C’est le point de départ du mensonge. Car le mensonge est bien une technique pour conserver un secret ou simplement une chose intime. Il affirme même que c’est une question d’instinct. déjà , on a le sentiment que l’enfant qui s’exprimait dans Liar! Liar! a fait des concessions en devenant adulte. S’il a perdu ses illusions, a-t-il pour autant perdu son innocence ?

Bien entendu, on se rappelle que cette chanson a été pensée au départ comme générique pour la série animée Détective Conan. On se rappelle que le héros, un adolescent, se voyait dès le premier épisode transformé malgré lui en enfant. Afin de ne pas mettre ses amis et surtout sa (présumée) petite amie en danger, il décidait de ne pas dévoiler son secret et adoptait une nouvelle identité, celle d’un enfant dix ans plus jeune que son âge véritable. Même s’il s’agit d’un manga grand public, Détective Conan s’inscrit dans la grande tradition des récits de transformation et de secrets de l’identité (dans la culture pop contemporaine, Spider-Man en est peut-être le plus grand représentant).

Dans tous les cas, un secret et le mensonge servant à le masquer sont toujours lourds à porter. C’est pourquoi Inaba dit qu’il veut se sentir vivre, sûrement détaché du poids du secret et du mensonge. La vérité serait-elle une délivrance ? Un point important, si ce n’est primordial, qui revient tout au long de la chanson, c’est l’instant, l’instant de vérité, l’instant où l’on va dire la vérité qui peut changer le cours de l’existence. En effet, lorsque l’on a commencé à mentir, ou ne serait-ce qu’à omettre une partie de la vérité, à partir de quand peut-on dévoiler cette vérité ? On peut imaginer que plus l’attente sera longue et plus cet instant sera dur.

La phrase clé de Don’t Wanna Lie est peut-être la suivante :

Ce n’est pas le monde qui est compliqué, c’est tout ce qui se trouve dans ma tête

Alors que dans Liar! Liar! le chanteur adoptait le point de vue d’un enfant, innocent et incapable de se remettre en question, pour lequel seule la société était coupable de tout, il a clairement évolué dans Don’t Wanna Lie. Ce n’est pas tant le monde extérieur, la société, corrompue ou non, qui est la source des problèmes, mais soi-même. Le monde est bel et bien complexe, mais il l’est d’autant plus en fonction de la faon dont on pense et agit. Don’t Wanna Lie pose donc d’une certaine manière la question de la responsabilité. Il est facile d’accuser le monde entier sans assumer sa part personnelle de responsabilité. Après tout, Inaba ne dit pas qu’il ne mentira plus, mais qu’il ne veut pas mentir, comme si la vérité était une cause perdue. Cependant, la volonté de devenir meilleur existe.

Pourquoi cet article aujourd’hui ? Comme vous le savez, B’z est en pleine tournée au Japon, tournée débutée le 23 septembre dernier (au passage jour des 47 ans de Koshi Inaba). Et la liste des titres est intéressante puisque l’on y retrouve Liar! Liar!, très rarement jouée en concert ces dernières années. Regardons cela de plus près :

  1. Sayonara Kizudarakeno Hibiyo
  2. Samayoeru aoï Dangan
  3. Don’t Wanna Lie
  4. Pilgrim
  5. Hadashi no Megami
  6. Homebound
  7. Boss
  8. Hitoshizuku no anata
  9. Meïmeï
  10. DAREKA
  11. SPLASH! (version anglaise)
  12. Brotherhood
  13. #1090 -Thousand Dream- (Matsumoto en solo)
  14. Ichibu to Zenbu
  15. Liar! Liar!
  16. ZERO
  17. DIVE
  18. The Meister
  19. C’mon
    Rappel
  20. ultra soul 2011
  21. Calling

Les deux chansons sur le thème de la vérité se retrouvent. Don’t Wanna Lie fort logiquement, puisque dernier single en date du groupe et titre de l’album C’mon sorti en juillet. Mais aussi donc Liar! Liar!, faisant écho à Don’t Wanna Lie. A son humble niveau, il semble évident que B’z envoie un message. Tous ces menteurs que l’on ne veut plus croire, ce sont TEPCO, l’entreprise d’énergie électrique en position de leader du nucléaire au Japon dont le monde entier a pu constater, effaré, la gestion calamiteuse de la catastrophe du 11 mars. Mais aussi la classe politique dans son ensemble, plus obsédée par les démissions en chaîne des premiers ministres qu’autre chose, semblant déconnectée de la réalité de la gravité de l’accident nucléaire de Fukushima. Qu’en est-il de la réalité de la situation aujourd’hui, sept mois après le tsunami du 11 mars ? Que sait-on de la pollution nucléaire sur le Japon ? Tout le monde continue sa petite vie ? Et la vérité ?

logo-de-tepco.png

tepco-masataka-shimizu-takashi-fujimoto.jpg

Le single Don’t Wanna Lie était sorti à un moment propice, en pleine crise de Fukushima, crise d’ailleurs non terminée. Si la volonté de ne pas mentir, de ne pas se mentir à soi-même en fermant les yeux sur la situation, sonnait juste, la phrase Don’t Wanna Lie sonnait encore plus juste face aux responsables de TEPCO et aux divers hommes politiques du gouvernement comme de l’opposition (laquelle était au pouvoir pendant plus de cinquante ans et largement responsable de la crise).

lex-premier-ministre-naoto-kan-durant-la-crise-de-fukushima.jpg

B’z n’a jamais été et ne sera jamais un grand chevalier blanc, mais ce retour sur scène d’un titre tel que Liar! Liar! n’est pas anodin. La combinaison avec Don’t Wanna Lie ne rend ce titre culte de 1997 que plus fort encore. Le titre prémonitoire qu’était Sayonara Kizudarakeno Hibiyo (Adieu jours pleins de blessures) prend tout son sens en première place, pour débuter le concert. On retrouve fort logiquement Brotherhood, hymne b’zien à la fraternité et la solidarité. ZERO, dans laquelle Inaba parle de retourner au point zéro, infiniment blanc et donc pur, suit assez logiquement Liar! Liar!, critique d’un monde pourri. Le concert se termine enfin une première en beauté avec C’mon, réel chanson d’encouragement destinée aux Japonais après le 11 mars.

Enfin, à l’instar de l’album C’mon et des concerts américains de cet été, le rappel se termine par ultra soul 2011, histoire de se redonner du baume au coeur. Etonnamment, l’ultime chanson n’est pas ultra soul mais Calling, chanson de fin de l’album SURVIVE, comme pour rappeler que malgré tous les coups que la vie peut nous donner, il faut penser à survivre. Et l’on se rappelle la dernière phrase de cette même chanson, en anglais :

Can you hear the calling?

Peut-être est-elle destinée aux victimes du 11 mars. Entendez-vous l’appel ? Vous n’êtes pas seuls.

linkin-parkbz.jpg

Allez, on se retrouve d’ici peu pour les critiques des deux singles de l’année et un peu plus tard pour celle de C’mon ! Restons connectés !