Un concert qui était bien plus qu'un concert

Jeudi, 28 juil 2011 @ 14:40 | Concert

bz-au-club-nokia.jpg

Le dimanche 24 juillet 2011, ou plutôt la nuit du 25 juillet, restera longtemps dans la mémoire des fans européens de B’z. Des autres aussi, mais longtemps nous nous rappellerons ces heures nocturnes où nous aurons attendu les 4h fatidiques.

Les commentaires étaient déjà ouverts quelques jours avant le début du concert. Personnellement, je m’installai devant mon écran aux alentours de 21h le dimanche 24. Je ne tardai pas à être rejoint par Tobias, le super webmaster d’Off The Lock. Il me demande alors si je me sens d’attaque jusqu’à 4h du matin. Au gré des heures, nous sommes rejoints par plusieurs fans internationaux. Vers minuit, c’est-à-dire 7h du matin, un plus grand nombre de Japonais commence à arriver en lançant des « ohayô » matinaux. L’un d’entre eux exprime notamment sa surprise en anglais de découvrir qu’il existe des fans internationaux. Au fil des heures, l’excitation monte. Je demande aux fans de B’z s’ils sont présents, et si oui de répondre par C’mon!! Je me réjouis d’obtenir une série de C’mon!! Et l’excitation continue de monter. Désormais, les discussions paisibles au coin du feu entre fans laissent la place à des exclamations et à des lancers de textes b’ziens, sans oublier l’immanquable « B’z no LIVE-GYM ni… » :

en-attendant-le-concert-de-los-angeles-sur-ustream.PNG

Outre la majorité de Japonais, on pouvait recenser des fans de France, Allemagne, Pologne, Italie, Hongrie, Catalogne, du Pérou, du Canada et des Etats-Unis.

en-attendant-le-concert-de-los-angeles-sur-ustream-2.PNG

Vers 2h30 (si ma mémoire est bonne), l’écran s’est mis en marche en diffusant des extraits du clip de C’mon. Au début, nous étions environ 6000 connectés. Aux alentours de 3h, des images du Staples Center de Los Angeles, où se trouve le Club Nokia, ont commencé à apparaître. On pouvait apercevoir la queue formée par le public.

changement-decran.PNG

le-clip-de-cmon-en-attendant.PNG

en-direct.PNG

A 4h, comme il fallait s’en douter (mais depuis plusieurs heures qu’on attendait, on ne s’en doutait plus), le spectacle n’était encore pas près de débuter. L’attente rendait définitivement impatient. Vers 4h35, on accédait enfin à l’intérieur de la salle où résonnait une musique rock peu intéressante (si quelqu’un a reconnu le groupe ?) et qui ne donnait qu’une envie : que B’z arrive sur scène !

quelques-minutes-avant-le-commencement.PNG

Le groupe apparaît alors sur scène. La musique médiocre est interrompue par le démarrage en trombe de Dangan, la version anglaise de Samayoeru aoï Dangan. Le concert commence très fort avec notamment un Tak Matsumoto virtuose.

bz-koshi-inaba-en-direct-de-los-angeles.PNG

bz-tak-matsumoto-en-direct-de-los-angeles.PNG

La surprise vient du deuxième morceau, à savoir une version anglaise inédite de juice. Avant d’enchaîner, Inaba lance la formule rituelle de bienvenue : B’z no LIVE-GYM ni yôkoso!! FRICTION se met en branle et le groupe démontre à nouveau combien ce titre est meilleur en concert que dans sa version studio. Sa phrase finale « Nothing happens without friction » est un délice, notamment quand vous vous êtes disputés le jour même avec vos voisins. Légèrement inattendue mais pas du tout illogique, MY LONELY TOWN se présente comme la première chanson japonaise de la soirée avant de laisser la place au carton de l’année 2009 : Ichibu to Zenbu, le tout parfaitement interprêté.

Los Angeles, une histoire d’amitié ou un second chez-soi

Inaba explique alors combien la ville de Los Angeles compte pour B’z. Cela fait plus de 15 ans que le groupe vient ici y enregistrer ses disques. Matsumoto et Inaba s’y sont fait de nombreux amis comme Steve Vai, Eric Martin ou encore Juan Alderete de Mars Volta et Stevie Salas, tous deux présents ce soir-là . C’est certainement à Los Angeles aussi que B’z a rencontré le batteur Shane Gaalaas et le bassiste Barry Sparks, tous deux membres du groupe rock instrumental Cosmosquad, aujourd’hui quasi membres à part entière de B’z. Bref, là où certains groupes passent de longues minutes à s’auto-glorifier alors qu’ils n’ont plus rien produit depuis près de 15 ans, Inaba et Matsumoto se contentent de remercier sobrement Los Angeles, ville où B’z est immortalisé sur le Boulevard RockWalk. Inaba explique que Los Angeles est donc comme chez eux, leur « home ». Evidemment, il existe une logique et la chanson suivante ne peut être que Home, version anglaise de HOME, dont on apprécie le début fortement jazzy.

sur-le-boulevard-rockwalk-en-2007.jpg

Sur le Boulevard RockWalk en 2007 avec Stevie Salas et Juan Alederete en arrière-plan

avec-steve-vai.jpg

Au même endroit, au même moment, avec Steve Vai

enregistrement-dichibu-to-zenbu-et-dive.jpg

Enregistrement en 2009 d’Ichibu to Zenbu / DIVE avec Juan Alderete et Chad Smith des Red Hot Chili Peppers

inaba-et-slash.jpg

Koshi Inaba et Slash, en 2009 lors de l’enregistrement de SAHARA

carlton-et-matsumoto-victorieux.jpg

Tak Matsumoto et Larry Carlton à Los Angeles en février 2011, vainqueurs du Grammy Award du meilleur Album Pop Instrumental pour Take your pick

Ensuite, pour être franc, je suis très surpris de découvrir OCEAN. Rien à faire, ce single a beau être le dernier grand succès du groupe en 2005 (plus de 500 000 exemplaires vendus), cette ballade n’arrive pas à la cheville des grandes ballades b’ziennes, à commencer par Konya Tsuki no mieru okani jouée juste après ! Le contraste est saisissant ! Pourtant, le groupe s’obstine à vouloir jouer ce titre. On le sait, c’est pour faire plaisir à son public japonais, sûrement beaucoup moins exigeant que moi…

C’est bien à partir de Calling, ballade aux géniales intro et conclusion rock, que le concert prend ses lettres de noblesse et devient un moment mémorable de l’histoire du groupe. Inaba, en bon professeur qu’il est toujours un peu, du moins en bon pédagogue, réussit à tirer le meilleur des 2500 personnes dans la salle pour les faire entonner quelques notes de Calling. Quel régal ! A regretter infiniment de pas être sur place. Quoi qu’il en soit, cette version de Calling est tout bonnement magnifique (et pour le coup écrase OCEAN). C’est alors que s’enchaînent deux grands classiques b’ziens : un love me, I love you survitaminé et un magnifique Hadashi no Megami.

calling.PNG

Inaba reprend la parole pour présenter le groupe. Désormais, Tak Matsumoto est « le vainqueur d’un Grammy Tak Matsumoto ! » Inaba raconte, avec un humour dont il a le secret, comment le jour où Matsumoto a gagné le Grammy et qu’il est monté sur l’estrade (aux côtés de Larry Carlton), lui attendait simplement dans une rue. Tandis que Matsumoto croulait sous les honneurs, « je me suis senti vraiment seul… » Rire général et sourire complice du « vainqueur d’un Grammy Tak Matsumoto ».

Les cinq derniers titres ont été tout simplement bluffants. Des titres efficaces en studio sont devenus des monstres en concert, surtout SPLASH! dans sa version anglaise inédite que l’on pourrait rebaptiser California Splash! comme le répétait Inaba au sommet de son art dans le refrain.

california-splash.PNG

S’ensuivit une version extraordinaire de Brotherhood, unique non single de la soirée. Le titre, déjà joué cette année lors de l’émission Music Station, prend tout son sens dans le contexte actuel et la catastrophe que traverse le Japon. Plus que jamais, le Japon a besoin de solidarité. Cette fois, il s’agissait d’une version inédite en anglais accompagnée de choeurs très bien sentis.

là encore, un single efficace en studio tel que Aï no Bakudan retrouvait une seconde vie en concert. Aï no Bakudan, titre festif par excellence, donnait envie de sauter partout. Mention spéciale au deuxième refrain où Inaba s’écrit « UN DEUX TROIS !! » en français dans le texte. Sans perdre une seconde, Giri giri chop vrombissait et réussissait à aller encore plus vite que le précédent dans une version atteignant un summum de perfection. Sans perdre une seconde encore une fois, BANZAϏ finissait de nous achever. C’était sans compter sur le rappel…

Pour ceux qui ne connaissaient pas la set-list qui avait été dévoilée sur internet (car identique à celles des concerts de Vancouver et San Francisco), les quelques minutes plongées dans le noir à attendre le retour de B’z se chargeaient en suspense. Et en effet, aucun single de l’année 2011 n’avait encore été joué. Quid de l’énorme Sayonara Kizudarakeno Hibiyo ? De Don’t Wanna Lie ? De la chanson titre C’mon du nouvel album ? Et long time no see qui avait donné son nom à la tournée américaine ? Pendant ce temps, le public au balcon faisait une holà , apprenait-on plus tard.

rappel.PNG

Les questions trouvèrent vite leurs réponses puisque B’z revint avec une version parfaite de Sayonara Kizudarakeno Hibiyo durant laquelle Inaba cria même « C’mon! ». ultra soul devait terminer en fanfare ce concert exceptionnel.

sayonara-rappel.PNG

Cela faisait bien longtemps que la fenêtre de communication de Ustream était devenu quasi illisible. Avec un pic à 51000 connexions (qui aurait été certainement plus élevé si le concert n’avait pas eu lieu un lundi matin au Japon), tenter de lire les commentaires qui s’affichaient par centaines à la seconde était un risque pour les yeux.

Ce concert n’était donc pas qu’un concert, c’était bien plus. C’était d’abord une démonstration que B’z est bel et bien le meilleur groupe pop-rock du Japon, un groupe capable de rivaliser avec les pointures internationales du genre. La diffusion en direct et accessible mondialement était donc une façon de sortir quelque peu de « l’anonymat » japonais. Mais Matsumoto et Inaba ne semblent jamais avoir réellement cru à un succès international. Ce concert via Ustream apparaît donc comme un événement tardif. Cependant il a eu lieu et laisse espérer que B’z s’engage désormais plus à l’international. N’oublions pas que le groupe retrouvera Los Angeles le 31 août pour un concert commun avec Linkin Park. Ce concert était un tour de force, notamment par le nombre important de chansons en anglais, écrites spécialement pour cette tournée et magistralement interprétées.

Les quelques regrets que l’on pourrait nourrir ne sont rien face au bonheur procuré par un tel spectacle. Les regrets ? C’mon aurait largement plus mérité d’être jouée qu’OCEAN par exemple. Cet ultime concert aurait pu être légèrement plus long et donc un peu différent des deux concerts précédents. Mais tout cela n’est que du chipotage de fan gâté.

Donc oui, ce concert était plus qu’un concert. C’était un moment de bonheur tout particulier. Pour le fan européen, cela tenait de l’expérience sensorielle tant l’excitation était titillée par la fatigue d’une longue nuit sans sommeil. Quand ultra soul se terminait vers les 6h30 du matin, on se sentait réellement ailleurs, comme sur un nuage.

Désormais, il nous appartient, à nous fans internationaux et européens, de montrer que nous existons et comptons, pour que la prochaine tournée américaine ne porte pas le nom de long time no see. Pour que nous puissions aller à un concert de B’z à Paris, Londres ou Berlin, et pour que nous puissions boire un verre après le concert entre fans. Rendez-vous est pris avec paulhenry et tous ceux qui voudront bien se joindre à nous !

Et encore merci à ceux qui ont pris la peine de nous suivre en direct sur B’z no bise !

bz-a-los-angeles.jpg

B’z -long time no see- à Los Angeles le 24/25 juillet 2011

1. Dangan
2. juice (E.Style)
3. FRICTION
4. MY LONELY TOWN
5. Ichibu to Zenbu
6. Home
7. OCEAN
8. Konya Tsuki no mieru okani
9. Calling
10. love me, I love you
11. Hadashi no Megami
12. SPLASH! (E.Style)
13. Brotherhood (E.Style)
14. Aï no Bakudan
15. Giri giri chop
16. BANZAI
Rappel :
17. Sayonara Kizudarakeno Hibiyo
18. ultra soul 2011

bz-au-club-nokia-de-los-angeles-le-24-07-11.jpg

 

6 commentaires à “Un concert qui était bien plus qu'un concert”

  1. Tobias dit:

    Avant le concert, ils sont joué musique de Linkin Park et de The Neon Trees et d’autres musiciens.

  2. Angel dit:

    Chouette concert pour ma part !
    Je suis aussi arrivée à 2h30 du mat’, mais je n’ai pas pu laisser de tweets/messages parce que je faisais autre chose.

    Vraiment une très bonne ambiance, malgré que j’ai trouvé le public un peu mou sur le début, et Kohshi, durant l’un des MCs, les a rappelé à l’ordre à un moment « You can dance, you can sing, you can shout ! »

    2e petit regret, Barry et Shane qui n’ont pas parlé, alors qu’il me semble avoir lu qu’ils étaient ravis de jouer dans leur pays natal !

    Tu n’aimes pas OCEAN ? Je la trouve très belle cette chanson, sans en connaître le sens, je la trouve calme, apaisante…Bon par contre, elle était relativement mal placée dans la setlist !

    Le fait que certaines chansons soient en anglais m’a un peu surprise au début, puis en fait, je trouve que ça colle super bien !

    Super expérience, espérons que le prochain live des B’z en dehors du Japon se situe sur le territoire Européen…Croisons les doigts :D

    (Ah et je vois que je ne suis pas la seule à avoir fait des captures d’écran…héhéhéhé ^^)
    Et la photo est MAGNIFIQUE !

  3. Odon Vallon dit:

    Merci bien pour la précision Tobias ! Hum… Il y avait donc du Linkin Park… Je n’ai jamais trop accroché ce groupe, mais je vais rester attentif. Ils jouent avec B’z le 31 août, alors… (et leur engagement est assez solide)

    Angel, j’ai toujours accepté OCEAN en tant que single s’inscrivant dans un contexte, une époque. C’était un générique de série télé estivale, ça passait. Je n’ai jamais complètement digéré son intrusion à la fin de l’album MONSTER. Et puis, mêem si ce n’est pas inécoutable, B’z a fait des ballades autrement plus marquantes dans les années 90 : Never let you go, Kirei na Ai janakutemo…

    Allez, dans l’espoir de refaire cette expériencee dans les années qui viennent (et sans OCEAN de préférence (^_^) !

  4. paulhenry dit:

    Une remarque peut être inutile : Si vous n’avez pas pu comme moi enregistrer le live sur Ustream sachez qu’il est trouvable assez facilement sur le net.
    Pas de lien car je ne sais pas si tout ceci est légal, même si ça ne devrait pas poser de problème vu son mode de diffusion.

  5. vincent dit:

    Oui Paul Henry je l’ai trouvé illégalement (ah je ne suis qu’un sale pirate!!). je vais me mater ça tranquillement ce week end…. Bien envie de voir ce que donne le « E Style » de Juice.

    Juste en passant, « Ocean » reste pour moi le gros point noir de leur carrière ^^

  6. Odon Vallon dit:

    Salut vincent, dis donc, où étais-tu le 25 juillet entre 4h30 et 6h30 du matin ? On t’attendait ! (^_^) Bon visionnage en tout cas !

    Tenez, regardez ce qu’on apprend sur B’z et que je ne reprends pas parce que les autres parlent très bien des records, si ce n’est mieux que nous :

    http://www.total-manga.com/news-j-music/b-z-depasse-les-80-millions-de-disques-n-5029-3.html

    http://www.ongaku-dojo.fr/2011/08/bz-depasse-la-barre-des-80-millions/

    En parlant d’OCEAN, quand je réécoute une ballade comme Gekkô (album RUN de 1992, ULTRA Treasure de 2008), je ne peux qu’approuver vincent…

Laisser une réponse.

XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>